Traitement du Bruxisme

Qu’est-ce que le bruxisme ?

Le bruxisme est un “tic” (une praxie), le plus souvent involontaire et nocturne, qui s’exprime de deux façons :

 Bruxisme 1

  • Le bruxisme excentré : on grince des dents.
  • Le bruxisme centré : on “serre” les dents.

Cette praxie (parafonction) aboutit à une hypertrophie des muscles masséters et temporaux à l’origine d’une altération de la cinétique des condyles mandibulaires et d’une hyperpression au niveau des articulations temporo-mandibulaires, ce qui peut être générateur d’importantes douleurs.

Comment le traiter ?

L’origine est  poly-factorielle et le stress de la vie courante l’entretient.

Un des traitements les plus efficaces pour “casser” le mécanisme et “désapprendre“ le tic est l’injection de Toxine Botulique dans les muscles masticatoires. Cela permet de réduire la puissance musculaire à l’origine de douleur, d’usures dentaires, de fractures d’implants ou de bridges…  La toxine botulique permet un déconditionnement des praxies de bruxisme et une seule séance d’injection suffit chez deux tiers des patients.

Comme tout traitement médical, l’injection n’est pas sans risques, même faibles. Ceux-ci sont évoqués dans le chapitre l’utilisation de la toxine en esthétique.

Il existe dans la prise charge des patients plusieurs traitements classiquement proposés :

grincement des dents

– Les “gouttières” ou les plaques de libération occlusale que l’on place la nuit, qui permettent de diminuer l’usure des dents et de soulager les articulations. Elles diminuent ainsi les douleurs des articulations et prolongent la durée de vie des dents, bridges et implants. Mais en pratique, les gouttières ne permettent pas de “guérir du bruxisme”, elles limitent simplement les dégâts.

– La kinésithérapie spécialisée, qui permet d’apprendre à relaxer les muscles masticatoires  et de diminuer les conséquences sur l’appareil manducateur (souvent appeler S.A.D.A.M.) y compris les céphalées et les cervicalgies.

– La psychothérapie de soutien, qui a pour but de permettre au patient de mieux prendre en charge son stress et son anxiété diminuant ainsi sa “rumination” nocturne.

Les injections intramusculaires de toxine botulique dans les muscles élévateurs sont ainsi un traitement efficace, sans effet secondaire et peu onéreux (par rapport aux traitements conventionnels) du bruxisme et des syndromes algodysfonctionnels des articulations temporo-mandibulaires.

Que faire chez les enfants bruxomane ?

Il s’agit d’une phase très fréquente, voire normale chez l’enfant qui se résout spontanément pendant l’adolescence. De très rares cas doivent être traités par des exercices et une discussion avec l’enfant et avec les parents.

Les commentaires sont fermés.