La Blépharoplastie : les paupières

Paupière
Au niveau des paupières, comme de tout le visage, l’élasticité de la peau diminue avec le temps. On observe alors les signes typiques du vieillissement tels que l’apparition d’un excédent cutané, de rides ou de poches sous les yeux. S’il n’est pas possible de redonner à la peau son élasticité originelle, l’opération (blépharoplastie ou palpébroplastie) permet d’obtenir un rajeunissement visible.

L’objectif est de diminuer l’excédant cutané pour éliminer les rides et les paupières lourdes. Le plan musculaire sous-jacent est également remit en tension. La réduction du tissu adipeux permet d’éliminer les poches sous les yeux (hernies graisseuses).

L’examen clinique permet de choisir la technique chirurgicale la plus adaptée. Un examen ophtalmologique préopératoire est un complément souvent nécessaire avant la chirurgie.

Technique opératoire :

Avant la blépharoplastie, votre médecin dessinera exactement sur la peau, la quantité de peau qu’il désire enlever. Ce tracé suit les plis naturels des paupières. Les cicatrices sont ainsi camouflées dans le sillon de la paupière supérieure et juste sous les cils au niveau de la paupière inférieure.

Dans certains cas, l’intervention peut être réalisée sans incision cutanée de la paupière inférieure par un abord placée sur la face interne de cette paupière. La chirurgie des paupières seules peut être réalisée sous anesthésie locale avec ou sans prémédication. Tous ces choix techniques sont abordés au cours des 2 consultations pré-opératoires. Les sutures sont faites avec un fil non résorbable qu’il faut enlever au 4ème ou 5ème jour. Il s’agit de surjets fixés aux extrémités par des Stéri-strips.

Suites opératoires :

Les ecchymoses sous cutanés et l’œdème des paupières peuvent être très importants. Ces phénomènes sont normaux et disparaissent au cours des premières semaines. La mise en place de compresses humides froides sur les yeux durant les premières 72 heures accélèrent leur disparition.

Des soins locaux consistent en un lavage oculaire 2 à 3 fois par jour avec un spray d’eau stérile.

Complications :

Comme dans toute intervention chirurgicale, des complications peuvent survenir. Elles peuvent être liées à l’anesthésie ou au geste chirurgical.

Le risque lié à l’anesthésie vous est exposé lors d’une consultation pré-opératoire avec le médecin anesthésiste. Il est aujourd’hui infime si vous n’avez pas d’antécédents médicaux particuliers; ce risque est apprécié au cas par cas si vous présentez une pathologie. Cela peut conduire à une contre indication pour un geste chirurgical non obligatoire dit de confort.

Les complications liées au geste chirurgical lui même sont de 2 types: les premières sont d’ordre général (rares) et les secondes sont plus particulièrement liés au type d’intervention.

Les complications thrombo-emboliques (phlébite, embolie pulmonaire), les complications infectieuses (abcès), les complications hémorragiques (hématome) sont liées à tout geste chirurgical. Elles peuvent nécessiter un traitement médical secondaire, une reprise chirurgicale est nécessaire dans certains cas. De nombreuses précautions pré et per- opératoires sont prises pour éviter ces situations qui doivent rester des exceptions.

Des complications propres aux (blépharoplastie) palpébroplasties :

  1. Quelques cas mondiaux de cécité ont été décrit. Rapporté au nombre d’interventions pratiquées, le pourcentage est infime, mais ce risque doit être cité.
  2. Parmi les risques importants, il faut nommer le risque d’ectropion à la paupière inférieure. Une cicatrisation rétractile ou une résection cutanée trop importante sur la paupière inférieure peut être à l’origine d’une paupière trop courte, ne remplissant plus son rôle de protection du globe oculaire. Il en résulte un larmoiement permanent de l’oeil, des conjonctivites à répétition peuvent être observées. Une reprise chirurgicale ou/et une kinésithérapie avec massage des cicatrices peuvent être nécessaires.

Les autres complications sont plus des effets indésirables ne laissant pas de séquelles. Cela peut être :

  1. Une irritation passagère de la conjonctive ou de la cornée due aux désinfectants, au dessèchement ou au contact, qui disparaît souvent spontanément
  2. Des œdèmes et une coloration de la peau dus à des épanchements sanguins, qui disparaissent en règle générale spontanément. La surélévation et l’application de glace peuvent être des mesures efficaces
  3. Des petits kystes cutanés peuvent se former dans la région des cicatrices, ils se traitent facilement secondairement
  4. Une sécheresse durable de l’oeil due à un flux lacrymal réduit ou à une gêne à la fermeture de la paupière peut être atténuée par des soins locaux

La réapparition de ridules au coin de l’oeil est expliquée par la contraction des muscles de la mimique. La chirurgie parvient mal à les faire disparaître. Elles sont accessibles à d’autres traitements plus appropriés tel que l’injection de toxines botuliques.

Les commentaires sont fermés.