Maxillaires et bisphosphonates

Alors que l’AFSSAPS vient de diffuser des consignes de prudence, dans la prise en charge des patients sous bisphosphonates (5 à 6 000 000 patients en France), des études proposent de rechercher les métabolites des bisphosphonates, pour repérer les sujets à risque.

 vue oératoire d'une nécrose au bisphosphonate–> En cas de complication, le traitement sera réalisé en milieu hospitalier.

Les implants ne sont pas clairement contre-indiqués pour les patients sous traitement per-os depuis moins de trois ans. Mais la prudence est de mise et une information rigoureuse doit être donnée au patient sur les risques…

En effet cette pathologie dont les premier cas publiés remontent à 2003, devrait voir le nombre de cas augmenter rapidement, le molécules beaucoup plus puissantes ont été utilisées depuis et…

Deux études récentes, l’une rétrospective, l’autre prospective (N Eng J Med, 2005, 353, 1: 99–102; J Clin Oncol, 2005, 23: 8580–8587), ont montré qu’au bout de 36 à 48 mois de traitement, l’incidence des ostéonécroses des maxillaires se situait autour de 11% des cas traités (myélomes multiples, cancers du sein et de la prostate).

Pour marque-pages : Permaliens.

Les commentaires sont fermés.