Histoire

La chirurgie maxillo-faciale est la chirurgie du visage. On en retrouve des trace dans les traités de médecine de l’Égypte antique, au moyen âge, mais c’est 1914, lors de la première guerre mondiale qui a généré un grand nombre de blessés mutilés de la face, que la discipline s’est développée .

A partir de la stomatologie (discipline médico-chirurgicale de la cavité buccale et des dents), les chirurgiens ont créé de nouvelles techniques de chirurgie réparatrice  afin de prendre en charge ces « gueules cassées », qui revenait du front. Aujourd’hui, cette spécialité est organisée autour des maxillaires et prend en compte toute la pathologie malformative, traumatique, cancérologique et reconstructrice de la face, jusqu’à la greffe de visage. Elle traite les parties molles comme les parties osseuses.

C’est de toutes ces parties de la spécialité qu’est issue la chirurgie esthétique du visage. En effet en touchant à l’essence même des contours du visage : l’os, elle restitue au faciès la beauté des visages harmonieux, tels qu’ils ont été décrits depuis l’antiquité par le biais des différentes ostéotomies (de la rhinoplastie aux différentes ostéotomies maxillaires). La chirurgie du vieillissement, visant à gommer les rides des paupières, du cou et du visage utilise, comme toute la chirurgie maxillo-faciale, des voies d’abord dont les cicatrices sont masquées, voire invisibles.

 

Les commentaires sont fermés.